31/10/2016

14/16 octobre 2016, 21e édition de « POLAR » Le Festival de Cognac... une édition qui restera I N O U B L I A B L E...

« Inoubliable » pour différentes raisons ; une fréquentation en hausse de 40% et une ambiance extraordinaire due à un fantastique public, à des membres du Fan Club plus que chaleureux et dynamiques, et à des Invités hyper présents. Sans oublier la disponibilité et la gentillesse de tous les bénévoles.
Retrempons-nous dans cette 21e, dès le vendredi 14 octobre 2016, à « La Salamandre » :
Dans le cadre des « POLAR » 2016 TV, première projo à 9h30 avec un épisode de « Section de recherches » de TF1 en présence du réal Vincent Giovanni, suivie à 11h00 de « Cherif » de France 2. Toute l'équipe de la série était présente. Merci à Carole Bianic, Abdelhafid Metalsi, les comédiens, à Lionel Olenga et Marine Gacem, les auteurs, et à Julien Zidi, le réalisateur.
Pause de midi.
Reprise à 14h30 avec « Candice Renoir » représentée par Caroline Lassa, la productrice, et Benjamin Egner, l'un des guest de l'épisode projeté (les « récurrents » étaient pris par le tournage de la 5e saison).
À suivre « L'inconnu de Brocéliande » de Vincent Giovanni (déjà nommé présent) pour France 3, à 16h00, et « Flic, tout simplement » de Yves Rénier, pour France 2, à 18h00.
Entre temps, les romanciers et les auteurs de BD étaient arrivés pour la cérémonie des « POLAR » 2016 Littéraires. La tension montait…
20h00 : Cérémonie d'Ouverture : Bernard Bec parlait d'Amour et de Polars, en ces temps bien difficiles. Pourquoi ne pas croire en soi et dans les autres ? Ignorons donc celles et ceux qui voudraient nous déstabiliser. Ils perdront, nous gagnerons.
20h15 : la charmante Maud Forget et le fougueux Fabrice Talon décernaient les Trophées 2016 de la BD, de la Littérature et du Théâtre, parrainés par les cognacs « Baron Otard ». Enfin !
Après ces moments chargés d'émotion, devant une salle comble, place à l'Invité Perpétuel, Jean-Pierre Mocky. En 2015, invité d'honneur, il proposait au festival de présenter chaque année un nouveau « Polar ». Ce fut « Rouges étaient les lilas » dont le montage avait été bouclé deux jours auparavant. Comme dab !




La nuit fut très courte…
Dès 8h30, retour aux « POLAR » 2016 de la Télévision avec « Borderline » d'Olivier Marchal. À l'échange qui suivit avec les spectateurs, étaient présents Catherine Marchal, l'actrice, Christophe Gavat, le flic dont la garde à vue, suite à l'affaire « Neyret », avait servi de trame au scénar, et Dominique Antoine, la productrice.
Entre-temps, la Grande Librairie avait ouvert ses portes pour des échanges, des rencontres et des séances de signatures avec 35 auteurs de bd et de romans. Idem pour l'Espace des Bibliothèques et des Médiathèques de Grand Cognac, partenaires du Prix du Roman Noir des Lecteurs.
Une première, chez « Hennessy », à 10h00, un Clin d'œil à Jean Gabin était animé, par Gérard Lapagesse, dans la salle XO du circuit de visites. Jean Becker était lui aussi présent, puisqu'il était stagiaire assistant sur le film de Jacques Becker, son père, « Touchez-pas au grisbi », film qui relança la carrière de l'acteur. Souvenirs.
Retour à « La Salamandre » : à 10h30, « The ones below » du Britannique David Farr, lançait la compétition du « Grand Prix » Cinéma 2016.
Pause à 12h30.
Changement de décor, à nouveau à 14h30, pour la Rencontre, dans les appartements royaux du Château de Cognac, avec Michèle Barrière, l'auteure des « Enquêtes de Quentin du Mesnil, maître d'hôtel à la cour de François 1er » et animée par Nathalie Drouillard.
Toujours à 14h30, mais à « La Salamandre », était projeté en avant-première, un épisode de « Mongeville ». Présents sur scène pour l'échange avec la salle : Pierre Aussedat, le commissaire divisionnaire de la série, l'un des guest, Franck de Lapersonne, le réalisateur, Stéphane Malhuret, et le producteur, Fabien Champion.
Changement. A 16h30, dans le cadre du « POLAR » du meilleur court métrage, étaient présentés au public, « Golondrina » de Louis-Piquet Pellorce et Quentin Sellin, A/K d'Olivier Van Hoofstadt, et « Premier jour » de Yohann Charrin. Certains des acteurs (Anissa Allali, Ange Basterga, Maxime Dambrin, Norbert Ferrer) et des réalisateurs (Louis Piquet-Pellorce et Quentin Sellin) étaient présents. Bonne ambiance. En partie assurée par le fan club de LPP, originaire de Cognac.
La journée était chargée. À 17h30, retour au « Grand Prix » Cinéma avec « Cruel » d’Éric Cherrière, présent avec le distributeur du film, Agilane Pajaniradja.
Ce samedi allait se terminer, à 20h00, par la soirée "Grand Cognac", présentée par Philippe Nifenecker, vice-président chargé de la Culture. A son programme :  l'Hommage à Jean Becker, l'Invité d'Honneur, « Standingovationnisé » et « POLARisé » comme il se doit. Il proposa de voir ou de revoir, l'un de ses films préférés, « Deux jours à tuer ». À la fin de la projection, les mouchoirs étaient de sortie.




De plus en plus courte, la nuit...
8h30 à « La Salamandre », projection du 3e film en compétition pour le « Grand Prix » Cinéma 2016 : « Harry : portrait d'un détective privé » du Québecquois Maxime Desruisseaux. Son réalisateur avait traversé l'Atlantique pour le présenter.
À 9h30 avait débuté la seconde journée de rencontres et de signatures du côté de la Grande Librairie et de l'Espace des Bibliothèques et des Médiathèques de Grand Cognac, ainsi que la rencontre avec l'Invité d'honneur, Jean Becker, animée par le fidèle Gérard Lapagesse. Complet.
Pour terminer la compétition du « Grand Prix » Cinéma 2016, était projeté « Durban poison » du sud-africain Andrew Worsdale. Parrainé par l'Alliance Française de Johannesbourg, le réalisateur était sur scène pour un échange inoubliable, aussi, avec la salle.
12h30 : Les membres du jury des « POLAR » Cinéma et Télévision et du « Grand Prix » Cinéma 2016, rentraient en conclave… Pour les autres, une coupure bienvenue.
14h15, début de la dernière ligne droite avec la remise du « Prix du Roman Noir des Lecteurs des Bibliothèques et des Médiathèques de Grand Cognac ». Absent pour raison de santé, le lauréat ne put monter sur scène.
Cette fois aux « Abattoirs » et à 14h30, Jacques Dupont montaient bien sur scène pour sa pièce « Artiste de complément », lauréate en 2015.
Retour à « La Salamandre », à la même heure débutait la Cérémonie de remise des « POLAR » et du « Grand Prix » 2016 Cinéma et TV. À nouveau se retrouvaient sur la scène, Maud Forget, toute en élégance et toute en sourire, et Fabrice Talon, décontracté, humoristique, et élégant lui aussi, pour égrainer la liste des films et des séries en compétition. Tous les membres du Jury étaient derrière eux : Dominique, Christophe, Maurice et Suzy pour le public, et pour les « pros », Philippe Ambrosini, Claude Cancès, le président, Bruno Papet, Bertrand Puard et Rémy Roubakha. Montèrent recevoir leurs trophées et leurs carafes 1795 du Baron Otard : Vincent Giovanni (Meilleure Série TV), Catherine Marchal, Dominique Antoine et Christophe Gavat (Meilleur Film TV), Ange Basterga (Meilleur Court Métrage) et Eric Cherrière (Grand Prix Cinéma). Le Palmarès complet est en ligne.
L'après-midi continuait avec la projection de 4 Avant-premières…
15h00 : 1er épisode de la nouvelle saison (4e) de « Cherif » (France 2) en présence de Carole Bianic, Marine Gacem, Vincent Giovanni, Lionel Olenga, Stéphane Drouet, et François Hitter, chargé de programme pour la chaîne et découvreur et premier Fan de cette série. Échange.
16h30 : Nouvel épisode de la série « Cassandre » (France 3) avec sur scène les acteurs Gwendoline Hamon et Dominique Pinon, les auteurs Bruno Lecigne et Mathieu Masmondet, et la productrice Emmanuelle Somoyault. Questions, réponses.
18h30 : Dernier film TV de Denis Malleval », « Mon frère bien aimé », pour France 2. Etaient présents pour l'échange avec le public : l'acteur Geoffroy Thiébaut, le producteur Jean-Baptiste Neyrac et le réalisateur. Rebelote pour François Hitter de France 2.
Et comme Film de clôture à 20h30, « Alliances rouge sang » de Marc Angelo pour France 3. Avaient fait le voyage pour cette première avant-première publique, les acteurs Barbara Cabrita, Anthony Delon, Guillaume Cramoisan, Joy Esther, l'auteure Anna Fregonese, le compositeur Nicolas Jorelle, le producteur Jean-Marc Auclair et le réalisateur. Salle comble. Après la projo, les questions ont fusé. Dur dur de se séparer.





Rendez-vous pris pour la 22 édition de « POLAR » Le Festival de Cognac qui se tiendra du 20 au 22 octobre 2017. Qu'on se le dise !

 


19/10/2016

21e édition de « POLAR » le Festival de Cognac...

Pourquoi, comme le veut désormais la tradition, ne pas en prendre une nouvelle « tronche » en 2016 ?...

Par ordre d'apparition à l'image, de gauche à droite et de haut en bas : Jean BECKER, l'Invité d'Honneur, Germain BOUDIER, le lauréat du « POLAR » 2016 du Meilleur Album « One shot », Maxime DAMBRIN, l'un des acteurs d'A/K, Samuel DELAGE, romancier, Christophe GAVAT, l'inspirateur de « Borderline » d'Olivier Marchal, Pierrick GAZAIGNES, romancier, Maurice GOUIRAN, auteur, Jacques HANSEN, acteur et chanteur de tangos, Christian JAMONNEAU, le bouquiniste du festival, Gabriel KATZ, écrivain, Catherine MARCHAL, actrice dans « Borderline », Olivier NOREK, ancien flic et auteur de romans, Louis PIQUET-PELLORCE, jeune réalisateur sélectionné, Stéphane SERVAIN, l'auteur de l'affiche de 2016, Gérard STREIFF, journaliste, historien et romancier, Geoffroy THIEBAUT, acteur, Vincent VILLEMINOT, le lauréat du « POLAR » 2016 du Meilleur Roman Jeunesse et Andrew WORSDALE, le réalisateur sud-africain de « Durban Poison ».

Les photographies sont signées Jean-Daniel GUILLOU / contact@faiza.fr




 


30/10/2015

« POLAR » Le Festival de Cognac... La 20e édition du 16 au 18 octobre 2015

   


Pourquoi, comme chaque année, raconter projo après projo, carte noire après carte noire, clin d’œil après clin d’œil, rencontre après rencontre, le festival ? Ceux qui étaient présents l'ont vécu à leur manière et ceux qui n'y étaient pas n'avaient qu'à y être. Les absents ont toujours tort, n'est-ce pas ? Et de plus, nous sommes déjà sur la 21e, celle de 2016.
Mais faisons un effort et sortons de ces trois journées quelques moments forts légendés et illustrés des photos signées Jean-Daniel Guillou.


Pour sûr, le vendredi 16 octobre 2015, restera dans notre mémoire, comme le jour de l'Ouverture Officielle du festival, avec l’évocation de toutes les personnes qui ont fait cet événement côté bénévoles, côté professionnels, de la Cérémonie des « POLAR » 2015, BD, Littérature et Théâtre, animée par Virginie Caliari et François Bureloup, avec ce second « POLAR » pour Max Cabanes et Bernard Minier, le premier de Stéphane Toussaint, et de l'avant-première de « Boulevard du Palais » en présence de Myriam Gharbi, la productrice, et des acteurs Philippe Ambrosini, Anne Richard et Olivier Saladin.
Il restera aussi pour les projos des Séries Internationales et Françaises en compétition pour les « POLAR » 2015. Étaient représentées : « Alice Nevers, le juge est une femme » et « Cherif ». Séances présentées par Jacques Humbert.




Samedi 17 octobre 2015, retenons l'ouverture de la Grande Librairie, les Rencontres, dans l'Espace des Bibliothèques et des Médiathèques de Grand Cognac, avec Jacques-Olivier Bosco, Claire Favan et Pascal Martin, le Clin d’œil à René Manzor et celui à Michel Gourdon, les projections des Films unitaires TV comme « Une mère en trop » représenté par l'actrice Gwendoline Hamon et le réalisateur Thierry Petit, et « L'Emprise » avec Odile Vuillemin et le producteur Jean-Benoît Gillig, des Courts Métrages, de « La French » en présence de Bernard Blancan, l'un des acteurs, l'Hommage à James Hadley Chase et en apothéose, en bouquet final,  l'Hommage à Jean-Pierre Mocky avec la projection de son dernier film « Monsieur cauchemar » d'après l’œuvre de Pierre Siniac. Son mixage avait été terminé la veille à 18h00. Merci Monsieur Mocky !




Pour le dimanche 18 octobre, la rencontre avec l'invité d'Honneur, Jean-Pierre Mocky, la Cérémonie des « POLAR » 2015 étaient de loin les faits marquants de la journée tout comme la remise du Prix des Bibliothèques et des Médiathèques de Grand Cognac. Le lauréat fut Niko Tackian, auteur qui avait participé le matin, avec Michel Moatti, à la dernière rencontre avec les lecteurs. Revenons à la remise des « POLAR » Cinéma & Télévision ; à l'appel des séries et des films primés par la présidente du jury, Martine Monteil, peu d'élus montaient les marches pour recevoir leur Prix. 1 sur 6. Déception. Surtout que des représentants des autres films et séries en compétition mais non primés étaient présents. Merci à eux ! Certains des absents s'étaient excusés.
Autres moments forts, le Clin d’œil à Frédéric Dard par Jean-François Merle et la Carte noire aux Vrais Policiers avec Gérard Lapagesse et Caude Cancès., les avant-premières de « Mongeville » en présence de Pierre Aussedat, de « Voix de garage » en présence des co-réalisateurs Mathilde Mélèse et Marc Gibaja et de l'acteur principal Patrick Azam, et de « Cherif » pour la 3e année consécutive.

F I N

 


20/10/2015

20e édition de « POLAR » le Festival de Cognac...

Pourquoi ne pas en reprendre une « tronche » également en 2015 ? Par ordre d'apparition de gauche à droite et et de haut en bas : Élodie HESME, François BURELOUP, Virginie CALIARI, Max CABANES, Anne RICHARD, Philippe AMBROSINI, Mathilde MELESE et Marc GIBAJA, Bernard BLANCAN, Carole BIANIC, Vincent GIOVANNI, Olivier SALADIN, Jacques SAUSSEY, DANY, Gérard STREIFF, Joseph OUAKNINE, Pascale BREUGNOT, Pascal WYN, René MANZOR, Christian DRILLAUD, Ange BASTERGA, Michel MOATTI, Sylvain FORGE, Christian BLANCHARD, Niko TACKIAN, Philippe BILGER, Martine MONTEIL et Claude CANCES.

Les photographies sont signées Jean-Daniel GUILLOU / contact@faiza.fr. 










30/10/2014

19e Édition de « POLAR » le festival de Cognac...

Tout a commencé, le vendredi 17 octobre, par une belle aurore prometteuse et tout s'est terminé, le dimanche 19 octobre, par une soirée chaude et étoilée. Entretemps près de 8 000 personnes ont fréquenté les salles obscures, les allées de la grande librairie, le hall d'exposition et le passage à La Salamandre, la salle des Abattoirs et les deux du Couvent des Récollets. Ce temps estival a joué pour nous, tant mieux. Si les terrasses des cafés de la place étaient bondés de VIP et de Visiteurs ou de Spectateurs, nos salles l'étaient tout autant. Magnifique succès !

 

Vendredi 17 octobre 2014 à 8h30
Essuyer les plâtres, Caroline Lassa et Stéphane Malhuret en savent quelque chose. « Candice Renoir », la série de France 2 a ouvert le bal à 8h30. Et comme aucun des acteurs n'avait pu être présent et annoncé, c'est la productrice et le réalisateur qui, à la dernière minute, s'étaient libéré du tournage. Ils avaient la moelle. Jacques Humbert aussi. Normal c'est lui qui allait présenter tous les films, ou presque, du festival.

10h00. Si l'année dernière, Bruno Debrandt et Julie Delarme, les deux comédiens principaux de « Caïn » étaient présents, cette fois, eux aussi se trouvaient en tournage de la nouvelle saison. Belote. Suivait « Profilage » à 11h30. Rebelote. Là, j'avais eu perso Odile Vuillemin qui après 15 mois de tournage avait décidé de partir sur une île se refaire une santé. On peut la comprendre.

14h30. L'après-midi a commencé sous de meilleurs auspices. Myriam Gharbi, la productrice, Christian Bonnet, le réalisateur, et Anne Richard, l'actrice principale, étaient présents pour présenter la série de France 2, « Boulevard du Palais ». Succès à l'applaudimètre.

Après les séries, les unitaires. C'est-à-dire les films de télévision. Premier à être projeté à 16h30, « Lanester ». Aucun représentant mais le public lui était bien présent.
Première séquence émotion. Dans le bar, à 17h00 a été projeté « Deux hommes dans la ville » de José Giovanni devant dix membres de sa famille et quarante cinq spectateurs. Complet.

 

A 18h30, Jacques Humbert se régalait. Sur la scène, il était entouré du producteur, Jean-Baptiste Neyrac, Denis Malleval, le réalisateur, et Annelise Hesme, la comédienne principale de « L'escalier de fer » d'après Georges Simenon. Engagé sur un autre festival, Laurent Gerra, s'était excusé.

Après l'ouverture officielle du festival, à 20h30 tapantes, Virginie Caliari et François Bureloup, égrenaient le Palmarès des POLARS 2014 de la Bande Dessinée, de la Littérature et du Théâtre. Cinq sur six des lauréats étaient présents (voir page Palmarès). Deuxième séquence émotion.




Dans la foulée, Jacques Humbert, remontait sur scène pour présenter « Ce soir je vais tuer l'assassin de mon fils » de Pierre Aknine. Le réalisateur était présent tout comme la productrice Véronique Marchat.
A la sortie de la projection, les visages des spectateurs en disaient long sur leur réaction au réalisme de certaines scènes du film et à l'attitude du chauffard coupable de la mort d'un enfant. Le lendemain, certains en parlaient encore. Émotion et révolte cette fois.

 

Samedi 18 octobre 2014 à 8h30

Cérébral. « Hipotesis », c'est le premier des deux films sélectionnés pour le « POLAR » 2014 du Meilleur Film Long Métrage International projeté ce jour. Pourquoi seulement deux ? Parce que nous ne sélectionnons pas la grosse cavalerie. C'est simple. L'avenir nous donnera raison pour ce choix « cérébral » et indépendant.

9h30. Ouverture de la Grande Librairie. Ils étaient déjà là depuis près d'une heure pour certains. Qui ? Mais les collectionneurs de dédicaces de dessinateurs de BD avec leurs tabourets pliants. Côté roman, c'est autre chose. Plus cool. Et avec moins de revente sur Internet.
A 19h00, la libraire épuisée, rayonnait. Elle avait fait ce premier jour le chiffre des deux de l'an passé. Et pourtant dehors il avait fait jusqu'à 26° avec un soleil éclatant.

10h00. Dans le bar, à côté de la grande salle de projection, le public avait rendez-vous avec Georges Simenon et Jean-François Merle, spécialiste incontesté de l’œuvre de Simenon. Sa causerie était centrée sur la réédition par Omnibus des nouvelles datant de 1929 à 1953 dont certaines avaient été écrites dans notre région.

Deuxième choc cinématographiquement parlant, le film chinois « Black coal » de Diao Yi'nan était projeté à 10h30 déjà auréolé de l'Ours d'Or du Festival de Berlin 2014.

 

Après le déjeuner, à 14h30, et cela malgré la température estivale de ce samedi, ce sont plus de 200 personnes qui s'asseyaient dans les fauteuils rouges pour regarder les 3 courts métrages en compétition. Deux des trois, « Descente » et « Je suis Albert Dubreuil »,  étaient bien représentés. Le réalisateur du  troisième « La balle de trop » était en tournage tout comme ses deux acteurs principaux.

15h30. Nouvelle séquence émotion avec le « Clin d’œil à Georges Lautner ». Sur la scène du bar il y avait deux de ses amis ; Venantino Venantini et Pierre-Jean Lancry. Le premier, son fidèle ami de 50 ans, y allait de ses souvenirs cinématographiques et personnels. Surtout que « Galia » venait d'être projeté. Pierre-Jean Lancry reparlait de son magnifique travail sur les « Tontons » et de l'humanité et de la gentillesse qui se dégageaient de ce bon Georges. Il y a tout juste un an, il était avec nous.

A la même heure, 15h30, mais dans la grande salle, les 300 premières personnes ayant réservé, pouvaient voir en avant-première le film d'Olivier Marchal, « Borderline », tiré du livre de Christophe Gavat, « 96 heures ». Étaient présents les deux susnommés ainsi que la comédienne Catherine Marchal et la productrice Dominique Antoine.
Après la projection et des applaudissements plus que nourris, un débat s'est tenu sur le thème du film : Un flic, dans le cadre professionnel, peut-il franchir la ligne blanche ? A celui-ci ont pris part le public, des « Pros » comme Claude Cancès, Martine Monteil et Bruno Papet et bien entendu Christophe Gavat, l'ancien patron de la PJ de Grenoble dont  il est question dans le film et Olivier Marchal, le réalisateur et également ancien flic.
Après une heure d'échanges, et l'obligation de laisser la place, le débat a continué dans les couloirs du festival. Normal.


18h30. La compétition francophone pour le POLAR du Meilleur Film Long Métrage débutait avec « Marseille – De guerre lasse » d’Olivier Panchot. Le réalisateur présent, pouvait répondre aux questions de Jacques Humbert.

C'est à 20h30, ou presque, que l'Hommage à José Giovanni débutait pour clôturer cette seconde journée. Préparé depuis de longs mois, avec la famille et les amis, il allait être chargé d'une profonde et palpable émotion. Vincent Lecoeur, le comédien qui interpréta le rôle de José dans son dernier film, le débutait en lisant des extraits de « Huit mois face à la mort », le récit des mois passés dans le quartier des condamnés à mort de la Santé. Suivait Ludmilla Reuse, avec un texte retraçant toute la carrière de son grand-père. A la suite, sont montés sur scène Alicia, Charlotte, Marine et Vincent, ses autres petits-enfants, Marie-Josée et Paul, ses enfants, et Zazie, sa femme. Sont venus ensuite Jean Becker, Gabriel Briand, Éric Defosse. Les larmes montaient, les yeux se mouillaient… Et comme allait être projeté ensuite « Le trou » de Jacques Becker d'après le premier roman de José Giovanni, Gérard Hernandez, le dernier comédien vivant de ce film, monté sur scène, mis de la légèreté dans ses propos, ce qui détendit l'atmosphère et permit ainsi d'éviter les grandes eaux. Merci Gérard… et salut José !

 

Dimanche 19 octobre 2014 à 8h30

8h30. Dernier matin et avant dernière ligne droite avec la projection du film « Le dernier diamant » signé Éric Barbier. Jacques Humbert fit dans le soft seul sur scène. Belote.

C'était donc parti, à 9h30, pour une seconde journée de rencontres et de signatures à la Grande Librairie.

Affichant complet depuis samedi après-midi, la « Carte noire à l'Antigang » pouvait débuter dans le bar à 10h00. Aux commandes Matthieu Frachon, spécialiste et historien de la police, et Claude Cancès, un des anciens patrons de cette brigade. Deux heures plus tard, le public était toujours scotché aux propos tenus par ces deux protagonistes. Des questions fusaient. L'extinction des feux ou plutôt des lampes et des micros mis fin au débat. Faux. Dans l'escalier pour rejoindre la sortie, l'échange continuait.

Retour dans la grande salle à 10h30 avec le dernier film de la compétition francophone « Mea culpa » de Fred Cavayé. Le soft était également de rigueur. Personne. Rebelote.

 

14h30. Remise du Prix des Lecteurs des Bibliothèques et des Médiathèques de Grand Cognac parrainé par le festival. Après le discours de Philippe Nifenecker, le président de la commission Culture et Patrimoine, le Prix 2014 était décerné à « X » de Sébastien Teissier, ouvrage paru aux éditions Nouveau Monde.

La grande foule était au rendez-vous. 14H35, la Cérémonie des POLARS 2014 du Cinéma et de la Télévision allait avoir lieu avec Virginie Caliari et François Bureloup comme maîtres de cérémonie. Le Jury, présidé par Martine Monteil, avait décidé lui aussi de monter sur scène. Étaient présents pour recevoir le Polar en bronze et la carafe 1795 des cognacs Baron Otard, notre partenaire, Anne Richard pour le POLAR 2014 de la Meilleure Série Francophone avec « Boulevard du Palais », diffusion France 2 et Denis Malleval pour le POLAR 2014 du Meilleur Film Unitaire TV avec « L'escalier de Fer », diffusé sur  France 3 (voir page Palmarès).


Comme dab, François Bureloup et Virginie Caliari avait concocté quelques interventions pour décontracter tout ce beau monde ainsi que le public. Certaines des suggestions lues par les deux acteurs, récoltées ou pas dans la boîte à idées disponible à l'accueil, vraies ou fausses, valaient leur pesant de cacahuètes. Si si. Même la présidente du jury n'a pas résisté. Un grand merci à eux.

Première avant-première TV ; l'épisode 1 de la nouvelle saison de la série de Canal + « Engrenages », auréolé déjà de 2 POLARS de la Meilleure Série Francophone (2010 et 2013). Pour le présenter, Fred Bianconi, alias Luc Fromentin, seul sur scène après les forfaits de Caroline Proust et de Grégory Fitoussi. Excellent et fidèle. C'est déjà lui qui soulevait le P du trophée en 2013.

Deux propositions à 15h30 :
Au bar du 1er étage de La Salamandre, « Carte noire aux anonymographes et corbeaux » avec Pierre Chassagnieux et la projection en avant-première de son documentaire « Dans l’œil du corbeau » pour la chaîne Planète. Un long et riche échange s'en suivit.

Aux Abattoirs, « Lettre à ma mére » de et avec Robert Benoît d'après l’œuvre éponyme de Georges Simenon. Pour sa troisième prestation dans le cadre du festival, le comédien seul sur scène, a ressenti à ses mots l'écoute toute particulière du public, fidèle ou nouveau. Jamais trois sans quatre !

 

Retour à La Salamandre pour la 2e avant-première à 16h15. Était projeté l'épisode 11 de la saison 2 de « Cherif », série diffusée sur France 2. Comme en 2013, il y avait du monde sur scène : Carole Bianic et Habdelhafid Metalsi, les deux acteurs principaux, François Bureloup, le bleu de service, Vincent Giovanni, l'un des réalisateurs, José Gérel, le chef-op', Lionel Olenga, co-auteur de la série et Stéphane Drouet le producteur. Se retrouveront-ils en compétition pour les prochains POLARS ? A suivre !

Encore deux propositions à 17h30 :
Au bar « Carte noire à Jack l'éventreur » avec Michel Moatti (complet depuis la veille). Après son succès de l'an dernier et les dernières propositions autour de l'ADN retrouvé sur un châle, le spécialiste français de cette énigme – ce qui agace beaucoup ses collègues britanniques – allait tout démonter.

« Mon père, il m'a sauvé la vie » de José Giovanni, pour clôturer son Hommage. Film maudit ; à sa sortie avec seulement 30 salles en France qui le projetaient, et ensuite quelques mois plus tard, alors que nous avions prévu de le projeter en prison, le DVD offert par José lui-même, arrivait sur place, cassé. Impossible de le projeter… etc. etc. Et cette fois, la projection a dû être interrompue, le projecteur rendant l’âme. Comme la cabine n'a aucune climatisation et qu'il y faisait 40° (27° à l'extérieur place François 1er), les projectionnistes ont du le laisser refroidir. 1/4 d'heure plus tard nouvel essai et stop final après 5 minutes. Nous, on en avait gros sur le cœur. Le public a été extraordinaire. Compréhensif. Avec de magnifiques mots de consolation. Nous le programmerons à nouveau en 2015. Promis juré.

 

La question qui se posait : Allions-nous pouvoir projeter le film de clôture ? Après une heure de ventilation, d'aération, à 20h00 nous lancions la projection de « 7 cajas » -  un énorme coup de cœur de la programmation - et l'appareil tenait bon. Ouf !
Le public lui aussi était conquis. C'est là que l'on ne comprend pas la non programmation de ce film par les cinémas indépendants. Sélectionné dans 52 festivals, dont Cognac, il a été deux fois primé. Incompréhensible. Il sortira en DVD en fin d'année.

 

 

F I N

 

 


24/10/2014

Vous en reprendriez bien une tronche en 2014 !

Avant le compte-rendu total, quelques portraits, signés Jean-Daniel GUILLOU, devraient vous raconter, vous rappeler ce 19e « POLAR », comme d'excellentes « Brèves de Festival ». Vous reconnaîtrez par ordre alphabétique et d'apparition de gauche à droite : Guillaume AUDRU, François BURELOUP, Virginie CALIARI, Sandrine COLLETTE, Wulf DORN, Stéphane DROUET, Sylvain FORGE, Matthieu FRACHON, Christophe GAVAT, Olivier GAY, David-James KENNEDY, Roger KNOBELSPIESS, Caroline LASSA,  René MANZOR, Catherine MARCHAL, Olivier MARCHAL, Abdelhafid METALSI, Michel MOATTI, Lionel OLENGA, Bertrand PUARD et Anne RICHARD.








24/10/2013

18/20 octobre 2013 : 18e édition de « POLAR » le Festival de Cognac.

Que de monde ! Que de monde !
Coté cinéma et télévision, les organisateurs que nous sommes ne peuvent que se réjouir de cette affluence, même s'il nous est toujours regrettable de refuser l'entrée à des projections pour des dizaines de personnes. Difficile de pousser les murs et d'agrandir la salle de projection ! Nous trouverons une solution pour 2014. Côté librairie, on a ressenti pour la seconde année l'installation de la crise. Pour le roman, ce sont les livres de poche qui ont cartonné et non les grands formats. Normal, certains de leurs prix sont dissuasifs. Pour la bande dessinée, l'équilibre a régné même s'il manquait deux dessinateurs annoncés depuis longtemps. Les aléas du métier... d'organisateur. Comme beaucoup de nos invités de la littérature partent le dimanche en début ou en milieu d'après-midi, nous allons revoir certainement notre copie. La grande librairie pourrait ouvrir ses portes dès le vendredi après-midi. A suivre !
Mais pour l'instant, revoyons ensemble les grands moments du Festival.

 

Vendredi 18 octobre à 10 heures :
Dès la première projection, de nombreux spectateurs dont des lycéens venus de la côte, se payaient « Engrenages », en compétition pour le « POLAR » de la meilleure série francophone. A côté de Jacques Humbert, le présentateur du festival, sur scène il y avait Caroline Proust pour évoquer la 4e saison de la série de Canal +. Fred Bianconi, retenu sur un tournage, ne rejoindra le festival qu'après la projo.

La suivante rebelote. Les lycéens étaient toujours là, le public et le jury aussi, pour regarder « Caïn » avec Bruno Debrandt et Julie Delarme. Les deux acteurs de la série de France 2 avait fait le déplacement accompagnés de la productrice Linda Chabert.

Le déjeuner pris, nos lycéens de Charente-Maritime se présentèrent à 14h30 précises pour la rencontre avec les acteurs d'Engrenages - entre temps Fred Bianconi était arrivé – et de Caîn. Près de deux heures plus tard, la tête pleine d'échanges, ils repartaient.

 

Pendant ce temps il y avait eu la projection de l'Attaque, un triptyque de France 2. Étaient présents les comédiens Delphine Rollin, François-Éric Gendron et Mathieu Lourdel, le scénariste Sylvain Saada et la productrice Charline de Lépine. Jacques Humbert était, comme depuis 10 heures le matin, aux manettes de la présentation des invités et de la série.

Dans les allées du festival au rez-de-chaussée on croisait France Bleu et son fil rouge savamment tissé par la charmante Laure Grac, Georges Lautner venait d'arriver et prenait un pot au bar devant l'affiche mythique de ses « Tontons » avec son ami Pierre-Jean Lancry, l'auteur du livre « Plein feu sur les Tontons Flingueurs ». Il n'était pas venu seul puisqu'il avait invité un autre « tonton », à savoir Georges Najaroff, qui dans le film est Vincent, l'ami de Théo, interprété par Horst Frank, le fameux fabricant du « jus de pomme ».


Après les films « Chambre noire » d'Arnaud Malherbe, très bien représenté par la comédienne Armelle Deutch, et « Silences d'état » entouré de silence – aucun acteur, producteur, réalisateur ou scénariste n'avait pu se libérer – il était arrivé, à 19h50, le temps de la remise du 9e Prix Intramuros, décerné par des personnes détenues dans les prisons  d'Angoulême, Bédenac, Saintes et St Martin-de-Ré. C'est Gilles Caillot avec « Lignes de sang » paru au Toucan noir que les 47 membres des cinq jury avaient désigné comme lauréat 2013. Séquence émotion. Surtout que les auteurs sélectionnés, dont le lauréat, avaient été l'après-midi à la rencontre de leurs lecteurs.

19h55 : Ouverture Officielle du festival, 18e du nom, avec le discours du patron. D'après lui, rien n'était rose. Le festival voyait ses subventions baissées, voire éliminées comme celle de l'état. Le mur, dont il avait parlé en 2012, se rapprochait inexorablement. Bernard Bec espérait trouver de nouveaux partenaires du côté du privé pour projeter le festival jusqu'au moins en 2015, l'année de ses 20 ans. A suivre !

20h00 : La Cérémonie des « POLAR » débutait dans une chaude ambiance grâce à Virginie Caliari et François Bureloup, en super forme, qui égrenaient le palmarès 2013 pour la BD, le Roman et le Théâtre.

Les Primés montés sur la scène de Cognac recevaient leurs trophées et leurs carafes Baron Otard 1795 sous des applaudissements bien mérités. Pas facile pour les lauréats de se muer en tribuns lorsque l'émotion est quelque peu envahissante mais tous ont quand même réussis à dire quelques mots ;
Sylvie Bazin et Thierry Simon pour le POLAR 2013 de la Meilleure Pièce de Théâtre, les plus à l'aise.

Alain Queireix pour le POLAR 2013 de la Meilleure Série de BD, au sourire ravageur mais pas vraiment loquace.

Stéphane Heurteau pour le POLAR 2013 du Meilleur One shot de BD, ému comme un enfant malgré son imposante stature.

Marin Ledun pour le POLAR 2013 du Meilleur Roman Jeunesse, habitué à recevoir des prix, il semblait le plus décontracté, quoique...

Catherine Bessonnart pour le POLAR du Meilleur Roman Francophone, vaincue par le trac mais émouvante et souriante à la fois

Et les voici tous ensemble regroupés sur la scène de La Salamandre à Cognac.

La première journée du festival se terminait par la projection du film de TV « La disparition » de Jean-Xavier de Lestrade avec, entre autres, Thierry Godard, Géraldine Pailhas et Alix Poisson. Cette dernière, annoncée, s'est retrouvée retenue sur un tournage, tout comme le réalisateur, sur un montage cette fois.

 

Samedi 19 octobre à 8h30 :
Fallait oser... mais cela à fonctionné. « Trance », le film de Danny Boyle avec Vincent Cassel, James McAvoy, Rosario Dawson, a fait se lever tôt, hormis les membres du jury, une bonne soixante de personnes.

30 minutes plus tard, c'était au tour de la Grande Librairie d'ouvrir ses portes. Si les premiers chasseurs de dédicaces étaient présents pour avoir le dessin ou la signature, les auteurs avaient eu quelques problèmes d'oreillers. Les premiers furent les primés de la veille. Normal, les stylos et les feutres, pinceaux et crayons allaient chauffer durs pour eux. A 10 heures, tous les invités étaient là au complet sauf une dessinatrice dont on attend encore les raisons de son absence et ses excuses... mais ne lui faisons pas trop de pub !
Vous reconnaîtrez de gauche à droite Alain Queireix, Stéphane Heurteau, Sébastien Corbet, Catherine Bessonart, Claude Cancès, Matthieu Frachon et Michel Moatti.


10h00 au bar du premier étage, transformé en salle de conférences, début de l'Hommage à Pierre Magnan, avec Françoise Magnan, son épouse, Liliane Carissimi, l'illustratrice des couverture de ses romans policiers, animé par le fidèle Gérard Lapagesse.

Côté cinéma, à 10h30, c'était la projection du deuxième film en lice pour le « POLAR »  International « Sous surveillance » de et avec Robert Redford, Shia Laboeuf, Susan Saradon, Julie Christie, Nick Nolte. L'oncle Sam a de la mémoire.

14h30 : « Metro Manila » de Sean Ellis. Le réalisateur britannique était présent, Jacques Humbert était ravi. On peut le dire maintenant, il avait été scotché par ce film lors des présélections. Tout comme votre serviteur. La suite des événements allait-elle nous donner raison ?

Une heure plus tard, au bar du 1er étage, Matthieu Frachon fêtait à sa manière les 100 ans de la PJ, celle du 36 quai des Orfèvres à Paris. Deux invités « surprise » allaient y participer, Claude Cancès et Martine Monteil, ex-patrons de la grande maison.

17h00 : Alors que cela signait et dédicaçait fort dans la Grande Librairie installée au rez de chaussée, retour au cinéma avec la projection des quatre courts métrages sélectionnés. Étaient présents : Jean-Eudes Monachon, le réal, Gaël Leforestier et Karim Ammour, les acteurs de « Loki dort » et Franck Villette, réalisateur et comédien de « Sang froid ».

17h30 : Dans le hall c'était l'effervescence des grands jours... Et il n'y avait plus de place depuis le début de l'après-midi pour la projection des « Tontons ».

18h30 : Premier film français à dégainer ; « Trois mondes », de Catherine Corsini, était projeté devant près de deux cents spectateurs, hélas sans elle, la semaine précédente elle avait été victime d'un accident qui l’avait empêché de se déplacer. Avant qu'il ne devienne un espace de signatures et de dédicaces, un plâtre à une jambe c'est gênant et handicapant...

Impressionnant. Trois cents personnes gravissaient les marches qui mènent à la salle de projection. Il était, faut être franc, un bon 20h00 passé. L'hommage à Georges Lautner pouvait débuter. De nombreuses personnes avaient discuté avec lui au bar du festival, lui avait fait signé des autographes et s'étaient fait photographier avec lui. Généreux homme ce Georges. Là, il arrivait dans la salle, et comme un seul homme, trois cents personnes se levaient pour l'applaudir durant de nombreuses minutes. Super séquence émotion. Au premier rang l'attendait Venantino Venantini qui avait réussi à venir de Rome malgré les grèves. Après avoir reçu son « POLAR » d'Honneur, Georges Lautner défourailla avec l'humour dont il ne se départit jamais, vite rejoint par celui de Venantino Venantini. Pas mal non plus. Discret, il y avait aussi Georges Nojaroff.
20h50 : « Les Tontons Flingueurs », dans sa version longue (2h00) remastérisée, pouvait être projeté pour le cinquantenaire de sa sortie, le 27 novembre 1963. Georges Lautner était heureux.


 

Dimanche 20 octobre à 8h30 :
C'était parti pour la dernière ligne droite. Près de cent personnes s'était levée dès potron-minet pour assister à la projection de « 11.6 », le film de Philippe Godeau, avec François Cluzet, Bouli Lanners, Corine Masiero... Jacques Humbert se sentait un peu seul sur scène. Tous les sus-nommés étaient en tournage en France et à l'étranger.

Une demi-heure plus tard ouvrait la Grande Librairie. Christian Jamonneau, le bouquiniste, était ravi. Tous ses bouquins sur les acteurs avaient trouvé preneurs. Comme quoi sa chine de l'année avait été payante.

10h00 : Georges Lautner s’apprêtait à rencontrer son public. Le bar du premier étage était déjà plein lorsqu'il arriva accompagnés de Georges Nojaroff et de Pierre-Jean Lancry, l'auteur du livre, devenu lui aussi culte, « Plein feu sur les Tonton Flingueurs ». A la manette de l'échange verbal, Matthieu Frachon, inconditionnel patenté des Tontons et de leurs répliques.

« L'autre vie de Richard Kemp », de Germinal Alvarez, projeté  à 10h30 concluait la compétition pour le « POLAR » du Meilleur Film francophone.

Après la projection, le jury s'enferma dans une salle, loin du public. Douze personnes, dont dépendait le Palmarès 2013.

Mais avant de connaître le résultat de leur choix final, le dernier Prix littéraire fut remis sur la scène. Bernard Minier reçu le Prix des Bibliothèques et des Médiathèques de Grand Cognac pour son livre « Le cercle » paru aux éditions XO.

Comme d'habitude, pas facile de respecter l'horaire de la Cérémonie des « POLAR ». C'est donc avec près d'une demi-heure de retard que Virginie Caliari, François Bureloup et André Fortin, le président du jury, énoncèrent le palmarès 2013. Peu de personnes élues étaient présentes pour recevoir les trophées, citons ceux qui avaient fait le choix d'être à Cognac.

 

« POLAR » de la Meilleure Série Francophone à « Engrenages » / Canal +. Si Caroline Proust était repartie, il restait Fred Bianconi pour recevoir le trophée et la carafe de cognac Baron Otard.

« POLAR » du Meilleur Film International à « Metro Manila » de Sean Ellis. Comme pour la présentation, le réalisateur britannique était présent pour recevoir son Prix des mains de François Bureloup.

Après avoir rattrapé notre retard, Jacques Humbert pouvait présenter et lancer la première avant-première de ce dimanche, « Big Hit » de Karolos Zonaras, avec Meletis Georgiadis, Katia O'Wallis, Grigoris Galatis, Evgenia Apostolou, Alex Spiropoulos, Dimitis Liolios. Après cette projection, nous croisons très fort les doigts pour que ce film trouve un distributeur en France. Des contacts sont en cours...

15h30 : Carte noire à Jack l'éventreur ou du moins à Michel Moatti, l'auteur du livre « Retour à Whitechapel » paru chez HC éditions . Soixante personnes étaient à l'écoute de ce conteur né qui leur a proposé, deux heures durant, une nouvelle thèse, preuves à l'appui, sur la véritable identité du plus mystérieux tueur en série de tous les temps.

17h30, deuxième avant-première avec la nouvelle série de France 2 « Cherif ». Alors là, la prod' avait fait ce qu'il fallait. Étaient présents, Stéphane Drouet, le producteur, Lionel Olenga et Laurent Scalese, les auteurs, Vincent Giovanni, le réalisateur des 4 premiers épisodes, et les deux acteurs principaux Abdelhafid Metalsi et Carole Bianic.

Depuis cette projection, les 4 premiers épisodes ont été diffusés par France 2 avec une belle audience pour le service public. A suivre !

Comme Vincent Giovanni et Zazie Giovanni étaient présents, il fut annoncé l'hommage qui sera rendu à José Giovanni en 2014, pour les dix ans de sa disparition. Les applaudissements qui ont suivi leur ont fait chaud au cœur.

Et ainsi, le 19e Festival POLAR de Cognac était lancé sur une partie dévoilée de son futur contenu. Sont prévues, la projection de films de José Giovanni et sont attendues de nombreuses personnalités qui l'ont croisé durant les soixante années de sa carrière de romancier, de scénariste et de réalisateur.
A l'année prochaine du 17 au 19 octobre, à Cognac !

 

Crédit Photos : Jean-Daniel Guillou / contact@faiza.fr

 


24/10/2013

18e Festival POLAR de Cognac... Vous en reprendrez-bien une tronche !

Avant le compte rendu de cette 18e édition, voici, comme les années passées, quinze portraits, posés ou dans le feu de l'action, signés Jean-Daniel Guillou, le photographe du festival.

Vous reconnaîtrez par ordre alphabétique : Fred BIANCONI, Bruno DEBRANDT, Julie DELARME, Sean ELLIS, Matthieu FRACHON, François-Éric GENDRON, Jacques HUMBERT, Jérôme IMARD, Mathieu LOURDEL, Georges NOJAROFF, Caroline PROUST, Bertrand PUARD, Alain QUEIREIX, Delphine ROLLIN et Venantino VENANTINI.





 


22/10/2013

18e Festival POLAR de Cognac... La visite du Château de Cognac, propriété des cognacs Baron OTARD et Partenaire du Festival.

Comme il faisait très beau ce vendredi 18 octobre 2013, c'est à pied qu'une bonne dizaine d'invités se sont déplacés du centre de congrès « La Salamandre » - lieu du festival - au château de Cognac, pour la première visite du week-end POLAR avec aux commandes Karine Aiguillon, la responsable du circuit-visite. Vous reconnaîtrez dans le groupe, les acteurs François-Éric Gendron, Mathieu Lourdel, Delphine Rollin et Franck Villette, le conférencier Matthieu Frachon et les romanciers Alexis Aubenque, Sylvain Forge et Marin Ledun.

C'est à votre tour d'effectuer photographiquement la visite signée Jean-Daniel Guillou.






 

Renseignements et réservations pour les visites du château de Cognac : 05 45 36 88 88 & kaiguillon@bacardi.com

 

F I N

 


10/11/2012

17e édition de POLAR le Festival de Cognac du 19 au 21 octobre 2012...

Cap'taine, c'est vrai j'y étais mais c'n'est pas moi l'responsable de tout. La preuve, dès vendredi 19, à l'aube ou presque, à 9heures, les premiers spectateurs ainsi que le jury me retrouvaient accompagné de Cécile Auclert. Ça, si c'est pas une preuve ! Elle avait vu, comme moi, les trois séries internationales qui allaient se succéder jusqu'à 15h30, pour les présenter, fiches en mains : « Blue bloods » (M6), « Sherlock » (France 4) et « Mentalist » (TF1).

Ensuite ce fut au tour des séries francophones à 16h00 et à 18h00, avec Cécile, seule sur scène. Pour la première, « Deux flics sur les docks », le producteur Christian Charret et la superbe Mata Gabin allaient au taf.

Pour la seconde, « Flics », Simon Jablonka, le scénariste, et Thierry Petit, le réalisateur, avaient eux aussi fait le voyage et la présentaient au public. Quant à Yann Sundberg, le comédien attendu, il était retenu à Nice sur un tournage. Il arriva le samedi matin.

Ensuite, moi j'avais une autre occup', j'organisais le plateau de France Bleu, cap'taine. De 16 à 19h00, Dominique Bourdot était en direct du Festival et avait désiré un max d'invités. Fallait que j'lui en trouve. Normal !
Ont été sur le grill : Cécile Auclert, François Bureloup, Claude Cancès, Hélène Fillières, Karine Giébel, Doug Headline, Peter May, Bertrand Puard, Benoît Sokal et Gilbert Thiel.


Bon d'accord à 19h30 j'y étais à 100%, mais secondé par deux personnes de qualité : Cécile Auclert, que l'on ne vous présente plus, et François Bureloup qui avait accepté, originaire de Cognac et libre ce week-end entre deux tournages, d'être le maître de cérémonie des Palmarès des Prix POLAR de 2012.
Après ce que j'avais dû annoncer concernant les baisses des subventions et la fragilisation du festival, je leur tire mon chapeau – moi, Cap'taine, j'suis plus casquette, mais bon ! Il leur en fallu du talent pour chauffer la salle de trois cents personnes. Les Prix POLAR furent remis, trophées, diplômes et carafes 1795 Baron Otard compris, aux lauréats présents Benoît Sokal (BD / Série), Bertrand Puard (Roman / Jeunesse), Peter May (Roman / International) et Karine Giébel (Roman / Francophone).




El la journée allait continuer, à 20h00, avec la reprise de la compétition TV. « Mafiosa » pour débuter celle-ci. Sur scène, puisque vous m'obligez à cafter Cap'taine, il y avait Nicole Collet la productrice, Pierre Leccia le réalisateur, et les actrices Hélène Fillières, la chef du clan, et Véronique Volta.

A 21h00, début de la compétition des films unitaires TV avec la projection d'« Assassinée » de Thierry Binisti, absent pour raison de tournage à l'étranger. Patricia Kaas était en répétition pour son nouveau CD, c'est donc, côté acteur, Serge Hazanavicius qui le présenta avec Olga Vincent, co-scénariste.

Effectivement cela recommençait Samedi 20 à 9h00. Nous remontions sur la scène de La Salamandre Cécile Auclert et votre serviteur - même si je devais m'éclipser rapidement Cap'taine, devant caler la conf' sur la Crim'. Mais revenons à la compétition, celle des films unitaires TV. Après le film de la veille, au programme jusqu'à 16h00 : « Insoupçonnable » présenté par le réalisateur Benoît d'Aubert, la comédienne Sara Martins et la productrice Monique Bernard-Beaumet, suivi de « Rituels meurtriers » d'Olivier Guignard présenté par lui-même. L'actrice Florence Loiret Caille qui devait être à Cognac, victime d'un petit problème de santé avait jeté l'éponge sur les quais de la gare Montparnasse. Oui Cap'taine, ça arrive, surtout lorsque la personne est enceinte de huit mois ! 1, 2, 3 voleurs de Gilles Mimouni clôtura cette section. Étaient là, le comédien Olivier Sitruk, la productrice Martine Lheureux et le réalisateur déjà nommé.


Depuis 9h00, la Grande Librairie avait ouverte ses portes. Les romanciers et les dessinateurs signaient et dédicaçaient leurs ouvrages primés ou pas à un public nombreux. D'autres, comme Bertrand Puard, répondaient aux questions de jeunes enquêteurs. Études obligent.


10h00 pile. Gérard Lapagesse lançait la discussion sur les 100 ans de la Crim', la Brigade Criminelle du 36 quai des orfèvres à Paris. Autour de lui, il y avait le journaliste Matthieu Frachon, spécialiste du 36, et Claude Cancès, ancien du 36 et ancien directeur de la Police Judiciaire de Paris. Quand on a affaire à des passionnés, ce n'est que du bonheur.
Alors là, Cap'taine, j'sais où vous étiez !



15h00. Tout seul, comme un grand qu'il est d'ailleurs, Philippe Tomblaine raconta son enquête dans le 9e Art concernant Sherlock Holmes. Armé de sa tablette, reliée à un grand écran, il ficela et scotcha le public.

Vous l'avez peut-être remarqué Cap'taine, à partir de 16h00 il y avait des mecs louches qui traînaient dans les salles, surtout celle du cinoche. Ils ont même investi tour à tour la scène, la pauvre Cécile, elle avait du pain sur la planche. Bavards, ça ils l'étaient. Nombreux aussi. La preuve, jetez un œil sur les photos. Soi-disant, ils représentaient les 3 courts-métrages en compétition. Voici leurs noms : Yann Danh, Pascal Hénault et Franck Sarabas pour « A tout prix », Frédéric Gorny et Yannick Mazzili pour « Action commerciale », Guillaume Pierret et Rémi Leautier pour « Matriarche ».
J'serai vous, j'les aurai à l’œil, ça m'étonnerait pas qu'ils récidivent !


La compétition des longs métrages francophones commença à 17h30 par la projection de « Nuit blanche ». Sur scène, il y avait Marco Cherqui, le producteur et Frédéric Jardin, le réalisateur. Tomer Sysley n'avait pu s'échapper de son tournage en Autriche.

Et pendant ce temps-là, le public, celui qui n'était pas en salle de projection, prenait des billets pour l'avant-première du soir et comme l'année dernière certaines personnes n'en eurent pas, faute de places. Difficile de pousser les murs. Sommes désolés.


19h30. Projection du film « Le capital » de Constantin Costa-Gavras avec Gad Emaleh, Gabriel Byrne, Natacha Reigner... Là, je me sentais bien seul Cap'taine ! Pas vous ?

Dernière ligne droite ce dimanche 21 octobre. Dès 9h00 ouverture de la Grande Librairie au RDC avec les séances de signatures... Certains membres du jury Cinéma et Télévision, Jacques Humbert, Bruno Papet et Gilbert Thiel, avaient retrouvé leur table entre deux projections.


Et la conférence et les projections au 1er. « Aux yeux de tous » de Cédric Jimenez ouvrait le bal. Aucun représentant n'était présent. Passons de suite au 3e et dernier film long métrage en compétition pour le Prix POLAR 2012, « Mains armées » de Pierre Jolivet. Ce dernier, alors qu'il se trouvait la veille à Dijon pour des journées professionnelles, avait voyagé de nuit et très tôt le matin pour rejoindre Cognac. Chapeau !

10h00. Au bar du 1er étage, rendez-vous avec Jean-Patrick Manchette. Autour de Gérard Lapagesse, le poseur de questions - Y a pas que vous Cap'taine ! - il y avait Doug Headline, le fils de l'auteur, et Jean-Pierre Bastid, l'ami, 75 balais au compteur. Ça a remué sacrément les tripes, les leurs et les nôtres.

11h30 suivait la conf' de Maxime Vivas sur « Jean-Patrick Manchette, lecteur de Roger Vailland ». Lecteur des deux et Prix Roger Vailland, l'homme avait des arguments qui ne laissaient aucun des auditeurs indifférents. Passionnant !

14h30. Alors là, Cap'taine, je signe tout c'que voulez. J'y étais et pas qu'un peu. J'ai même remis un POLAR d'Honneur, pour l'ensemble de sa carrière, à Jean-Pierre Bastid. Séquence émotion.

Après, c'était au tour du Palmarès des Prix POLAR 2012 du Cinéma et de la Télévision. François Bureloup, le maître de cérémonie, était là tout comme le jury, sorti enfin de l'anonymat. Côté public, il y avait Louis, Marc, Maurice, Michel et Roger. Côté Pros : Tony Cossu, André Fortin, Loïc Garnier, Jacques Humbert, Bruno Papet et Gilbert Thiel.


Prix POLAR 2012 de la Meilleure Série Internationale de Télévision à « Sherlock » réalisée par Paul McGuigan et diffusée par France 2. Hélas aucune personne présente pour recevoir le Prix. Circulez, y a rien à voir !

Prix POLAR 2012 de la Meilleure Série Francophone de Télévision à « Mafiosa » réalisée par Pierre Leccia et diffusée par Canal+. Là, ils étaient venus en nombre. Autour de la productrice Nicole Collet et du réalisateur Pierre Leccia, vous reconnaîtrez Véronique Volta, Thierry Neuvic et Hélène Fillières.

Prix POLAR 2012 du Meilleur Film Unitaire de Télévision à « Rituels meurtriers » de Olivier Guignard diffusé par France 2. Présent à la projection de son film, il avait dû repartir à Paris samedi soir pour cause de tournage.

Prix POLAR 2012 du Meilleur Film Court Métrage à « Action commerciale » de Pascal Jaubert. Si le réalisateur n'avait pu être là, ses deux acteurs, Frédéric Gorny et Yannick Mazzili, avaient répondu présents.

Prix POLAR 2012 du Meilleur Film Long Métrage à « Mains armées » de Pierre Jolivet. Arrivé juste avant la projection de son film, après un périple ferroviaire d'est en ouest, il reçut son trophée et déclara que « Le Polar français, à travers les trois films en sélection, prouve qu'il est en bonne santé. Ce festival, parmi d'autres, se bat pour que ce cinéma existe. On est dans un pays d'image, de narration, de polar, on peut être fier de tout ça tous ensemble ».
Vous n’auriez pas dit mieux, Cap'taine ?

Invitée de dernière minute, la bande du court-métrage « Ter Ter », dont Ange Basterga, Jean-Charles Felli, Thierry Neuvic, Hugues Pagan, annonçait à 15h15 à Cognac, avant la projection, son adaptation en une série de 8 épisodes de 52 minutes produite par Save Ferris qui a coproduit « Les Kaïra », la comédie à succès de cet été.

15h30. Dans une salle comble, première Avant-première avec le 13e épisode « Poker menteur » de la série « Un flic » diffusée sur France 2. Il y avait du beau monde ; Nicole Collet, la productrice, Patrick Dewolf, le réalisateur, François Caron et Alex Descas, deux des comédiens. Et cela, malgré la décision de la chaîne publique de mettre un terme au contrat. Dur dur et incompréhensible de l'avis des amateurs !

Une première peut en cacher une autre Avant-première. La preuve, à 17h30, « Tarif de nuit » de la Série de TF1 « Section de recherches » et premier épisode tourné en Charentes était projeté en présence de la productrice Dominique Lancelot, le réalisateur Gérard Marx, Xavier Deluc et Virginie Caliari, deux des acteurs.

Le temps est trop vite passé Cap'taine et nous voilà à 19h00 pour la projection du film de clôture. En hommage à Jean-Patrick Manchette, près de 200 spectateurs ont pu voir ou revoir « Nada » de Claude Chabrol. Depuis de nombreuses années ce film était au cœur d'un imbroglio judiciaire, clos par décision de justice en mai dernier. Les successions Chabrol et Manchette retrouvaient ainsi leurs droits sur ce film.

On peut aussi évoquer la reconstitution du bureau de Jean-Patrick Manchette. Émouvant. Poignant. Merci Doug ! Et rappeler les expos de Sokal et de Cabanes à La Salamandre et de Violette Grosperrin et Olivier Dixneuf au Couvent des récollets. Qu'ils soient tous les quatre remerciés. Tout comme Annabel, Annie-France, Anthony, Claudine, Dany, Didier, Dominique, Emmanuel, Emmanuelle, Fabien, Gérard, Ingrid, Jean-Daniel, José, Laurent, Martine, Nathalie et Yann qui ont permis la réussite ce festival.

Alors Cap'taine ? Vous auriez dû m'croire de suite que je n'étais pas monté tout seul sur c'coup là. Pas fou l'Bec !

FIN


29/10/2012

Avant le compte rendu détaillé du Festival 2012, voici une pléiade d'Invités mitraillés par l'objectif de Jean-Daniel GUILLOU, notre photographe attitré et ami.

Vous reconnaîtrez par ordre d'apparition à l'écran et alphabétiquement  : Cécile AUCLERT, François BURELOUP, Yann DANH, Xavier DELUC, Hélène FILLIERES, Matthieu FRACHON, Mata GABIN, Karine GIEBEL, Pascal HENAULT, Frédéric JARDIN, Sara MARTINS, Peter MAY, Bernard MINIER, Bertrand PUARD, Franck SARRABAS, SERA, Olivier SITRUK et Benoît SOKAL.







22/10/2012

Aurélie Filippetti félicite Pierre Jolivet pour le prix Polar du cinéma

Félicitations d'Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, à Pierre Jolivet pour le Prix Polar du cinéma
Aurélie Filippetti adresse ses chaleureuses félicitations à Pierre Jolivet pour le Prix Polar 2012 du cinéma qu'il vient de remporter à Cognac pour son film « Mains armées » C'est une juste récompense pour ce long métrage sorti cet été, déjà récompensé en salles par l'adhésion du grand public.
Le jury et le public ont été séduits par la trame de ce film qui entrelace loi des armes et liens du sang et met en scène Roschdy Zem dont c’est la cinquième collaboration avec le cinéaste, Leïla Bekhti ainsi que Marc Lavoine.


22/10/2012

Succès pour 2012 et Doute sur l'Avenir du Festival...

Si cette 17e édition fut un succès, le doute atteint toute notre équipe de bénévoles et les membres de l'association organisatrice. Le FESTIVAL POLAR de COGNAC est menacé financièrement, les subventions publiques et privées ont baissé cette année de 20%. Si vous avez participé à cette dernière édition ou à des précédentes, vous pouvez nous soutenir en nous envoyant des courriels à cerclenoir@wanadoo.fr. Nous les joindrons à nos dossiers de demandes de subventions pour 2013.
Malgré le doute qui s'est installé, nous gardons espoir dans nos capacités à trouver des solutions pour mettre en place la 18e édition du 18 au 20 octobre 2013.
A suivre !

Bernard BEC


21/10/2012

Cognac 2012, le Palmarès Cinéma & Télévision

Prix POLAR 2012 de la Meilleure Série Internationale
« Sherlock » - Saison 2 / Réalisation : Paul McGuigan / France 4

Prix POLAR 2012 de la Meilleure Série Française
« Mafiosa » - Saison 4 / Réalisation : Pierre Leccia / Canal+

Prix POLAR 2012 du Meilleur Film Unitaire de Télévision
« Rituels meurtriers » de Olivier Guignard / France 2

Prix POLAR 2012 du Meilleur Court Métrage
« Action commerciale » de Pascal Jaubert

Prix POLAR 2012 du Meilleur Long Métrage
« Mains armées » de Pierre Jolivet


19/10/2012

Cognac 2012, le Palmarès Bande Dessinée & Roman

Prix POLAR 2012 de la Meilleure Série BD
« Canardo » de Benoît Sokal / Casterman

Prix POLAR 2012 du Meilleur One Shot BD
« Flic » de Séra et Bénédicte Desforges / Casterman

Prix POLAR 2012 du Meilleur Roman Jeunesse
« Les  effacés » de Bertrand Puard / Hachette

Prix POLAR 2012 du Meilleur Roman International
« Le braconnier du lac perdu » de Peter May / Le Rouergue

Prix POLAR 2012 du Meilleur Roman Français
« Juste une ombre » de Karine Giébel / Fleuve Noir


18/10/2012

Il sera présent malgré la tournée théâtrale qu'il effectue actuellement

Emmanuel Salinger défendra, devant le public et le jury des Prix POLAR,  la série "Deux flics sur les docks"" diffusée par France 2.


14/10/2012 

Cécile AUCLERT à Cognac...

Après l'avoir reçue par deux fois pour ses pièces musicales sur George Sand et Frédéric Chopin, le festival accueillera à nouveau la comédienne Cécile Auclert. Par amitié, elle sera sur  scène pour présenter, aux membres du Jury et au public, les films de cinéma et de télévision en compétition et les avant-premières ainsi que leurs équipes (acteurs, producteurs, réalisateurs, scénaristes, etc.). Qu'elle en soit remerciée par avance.


10/10/2012

Du court métrage à la série...

Nous projetterons le dimanche 21 octobre à 15 heures, juste après le Palmarès des Prix POLAR 2012 « Cinéma et Télévision, le court métrage "Ter Ter" écrit par Ange Basterga et réalisé par David Lucchni et Fabien Carabin. Ce film sera développé en une série de 8 épisodes de 52 minutes par le producteur de la série culte « Kaïra shopping » et du film « Les Kaïra » qui flirte avec le million de spectateurs depuis cet été.

Thierry Neuvic, l'acteur principal, Ange Basterga, l'auteur et acteur, et Hugues Pagan, le directeur de collection, seront présents à Cognac.

 


01/10/2012

Palmarès « BD & Roman » et Palmarès « Cinéma & Télévision » du Festival...

Avant de commencer le tournage d'une nouvelle série policière de France 2 et d'y tenir l'un des trois principaux rôles, François BURELOUP, que l'on a vu très récemment dans « Bowling », le film de Marie-Castille Mention-Schaar, présentera les Palmarès du Festival.

Il a pratiqué avec succès le « one man show » avec son « Monsieur Burlou » et a acquis une notoriété dans des pubs inoubliables. Si si ! 

Extrait de Monsieur Burlou : http://www.youtube.com/watch?v=ZEGtFOxk1Xg


22/09/2012

Tout sur le Festival...

Le programme complet (avant-premières, conférences, expositions, compétitions, etc), les listes des sélectionnés pour les Prix POLAR et les noms des invités sont indiqués dans les différentes pages du site.

Si vous désirez vous rendre au Festival POLAR de Cognac, cliquez sur la page INFOS PRATIQUES.


14/09/2012

Côté Avant-premières de Télévision, ils seront à Cognac :

Xavier DELUC et Virginie CALIARI présenteront un épisode inédit de la nouvelle saison de « Section de recherches » (TF1) réalisé par Gérard MARX, présent lui aussi.

Alex DESCAS et François CARON présenteront le 13e épisode inédit de la série de France 2 « Un Flic ». Ce film « Poker menteur » a été réalisé par Patrick DEWOLF qui lui aussi aura fait le déplacement.
On chuchote dans certains couloirs que la série s’arrêterait sur cet épisode… Ce sera le moment de venir soutenir l'équipe.

Côté Compétition du Meilleur Film Unitaire de Télévision, ils seront aussi à Cognac :

L'actrice Florence LOIRET CAILLE défendra « Rituels meurtriers » (France 2) un film d'Olivier GUIGNARD,
Le comédien Serge HAZANAVICIUS représentera le film « Assassinée » (France 2) de Thierry BINISTI,
L'acteur Nicolas CAZALE défendra « 1, 2, 3 voleurs » (France 2) de Gilles Mimouni,
L'actrice Sara MARTINS représentera le film de Benoît d'Aubert « Insoupçonnable » (France 2).


Avant-première :

Le film "Le Capital " de COSTA-GAVRAS avec Gad Elmaleh, Gabriel Byrne, Natacha Régnier, Céline Salette, Liya Kebede, Hippolyte Girardot, Bernard Le Coq, Daniel Mesguich, sera projeté le samedi 20 octobre 2012 à 19h30. 

A suivre !


28/08/2012

Côté Cinéma et Télévision, voici les premiers noms d'Invités présents à Cognac du 19 au 21 octobre 2012 :

Cécile AUCLERT, François CARON, Alex DESCAS, Patrick DEWOLF, Arnaud DUPREY, Hélène FILLIERES, Simon JABLONKA, Cédric JIMENEZ, Pierre LECCIA, Francis RENAUD...

Côté Bande Dessinée, il sera également de la fête :

SERA


25/06/2012

En plus de l'affiche signée GRIFFO, voici les premiers noms d'Invités du prochain Festival qui se tiendra à Cognac du 19 au 21 octobre 2012 :

Côté Bande Dessinée :
Max CABANES, CLARKE, Nicolas DUCHÊNE, GRIFFO, Jean-Louis LE HIR, Catherine MOREAU, Alain PAILLOU, Benoît SOKAL, KARL T, Philippe TOMBLAINE...

Côté Roman :
Jean-Pierre BASTID, Jean-Luc BIZIEN, Gilles CAILLOT, Vincent DESOMBRE, François-Xavier DILLARD, Christian EGO, Karine GIEBEL, Doug HEADLINE, Gérard LAPAGESSE, Peter MAY, Patrice MONTAGU-WILLIAMS, Joseph OUAKNINE, Gérard STREIFF, Pascal VATINEL, Maxime VIVAS, Élisa VIX, Marc WILHEM...

Côté Cinéma et côté Télévision, les premiers noms seront mis en ligne aux alentours du 15 août 2012.


20/04/2012

Première « Avant-première » de 2012

Le film « Poker menteur », le 13e de la série « Un Flic », signé Hugues PAGAN et Marc ROSATI, réalisé par Patrick DEWOLF et interprété entre autres par Alex DESCAS, François CARON et Marie-Gaëlle CALS, dont la diffusion sur France 2 est prévue courant novembre 2012, sera projeté en Avant-première lors du Festival 2012 en présence des acteurs, des auteurs, du réalisateur et du producteur.


20/03/2012

Prix POLAR Cinéma... Une nouveauté en 2012

À la demande de nombreux producteurs et réalisateurs, le Festival POLAR de Cognac 2012 décernera un Prix POLAR du Meilleur Court-Métrage.
Les responsables de productions, les réalisateurs, doivent envoyer pour une présélection, 2 DVD de leurs films courts sortis en salle ou diffusés sur le net ou sur les chaînes de télévision entre le 16 septembre 2011 et le 15 septembre 2012, accompagnés d'une lettre de demande d'inscription.
Après leur visionnage par le comité de présélection, les producteurs et réalisateurs dont les films auront été présélectionnés recevront un dossier d'inscription pour la deuxième phase de la compétition.
Un jury composé de « Pros » et de « Spectateurs » sélectionneront alors trois courts-métrage dans les films présélectionnés. La liste sera dévoilée le 22 septembre 2012.
Ces trois courts-métrage seront projetés et jugés lors du Festival de Cognac qui se tiendra du 19 au 21 octobre 2012.
Le Prix POLAR du Meilleur Court-Métrage 2012 sera décerné le dimanche 21 octobre 2012 à 14h30 lors de la Cérémonie de Remise des Prix POLAR Cinéma et Télévision.

Les DVD doivent être envoyés à l'adresse suivante :

Prix POLAR Cinéma & Télévision
A.s. du Comité de Présélection
32, rue Grande
16100 COGNAC

Renseignements :
Tél : 06 81 35 99 02 et Courriel :
cerclenoir@wanadoo.fr


20/11/2011

Festival POLAR de COGNAC 2011... Une galerie de 18 portraits

A l'initiative de Jean-Daniel GUILLOU, le photographe officiel de l'événement, les Invités du Festival 2011 se sont prêtés au jeu du « Portrait POLAR ». En voici une fort belle galerie par ordre alphabétique : Samuel Benchetrit, Xavier-Marie Bonnot, Bernard Boudeau, Max Cabanes, Jérôme Fansten, André Fortin, Maurice Gouiran, Griffo, Kieran, Paul Lefèvre, Olivier Marchal, Bernard Minier, Francis Renaud, Laura Sadowski, Sire Cédric, Pascal Vatinel, Odile Vuillemin et Erik Wietzel.







17/10/2011

Vendredi 14, samedi 15 et dimanche 16 octobre 2011... 16e édition du Festival POLAR de Cognac

Dès le vendredi matin 9heures, la salle obscure de La Salamandre s'ouvrait au public et aux professionnels. Les spectateurs et les membres du jury se payaient la première série internationale en compétition bientôt suivie de la seconde. Le déjeuner passé, belote et rebelote. Pendant ce temps, les invités côté littérature et côté cinéma arrivaient sur le théâtre des opérations. Cognac leur offrait en prime le soleil. Les terrasses des cafés, si malveillantes à l'égard du festival, étaient remplies par les festivaliers. Ce fut le cas jusqu'au dimanche soir (et sic pour leurs propriétaires !).

Le jury des « Pros » et du « Public » avait visionné les 3 séries internationales et 2 séries françaises. Il est à noter que seule la série R.I.S. avait envoyé des représentants à savoir Franck Calderon, le directeur de la production de TF1 et l'acteur Stéphane Metzger (absent sur la photo). Un amour d'acteur aux dires de tous !
Les présentations étaient signées Xavier Berdou et Célestine.

19h00, Olivier Marchal, arrivé comme prévu une heure avant dans la cité des eaux de vie, jouait son rôle d'Invité d'honneur du festival et répondait ainsi aux questions des journalistes du journal de France 3 Poitou-Charentes / Limousin.

19h30, l'ambiance montait pour les auteurs de romans et de bandes dessinées, sélectionnés pour les Prix POLAR 2011. Les Prix allaient être remis devant eux et le public, par les acteurs Odile Vuillemin et Guillaume Cramoisan et votre serviteur (voir le palmarès complet dans nos colonnes). Citons tout de même les primés présents BD et Roman : Max Cabannes, Griffo et Bernard Minier.



20h30, reprenait la compétition « cinéma et télévision » avec la projection de la série « Les beaux mecs » diffusée par France 2. Étaient présents : le réalisateur Gilles Bannier, et Soufiane Guerrab, un des acteurs.

9h00, même si la nuit avait été fort courte, le festival, côté cinéma et côté littérature ouvrait ses portes à l'heure dite. Un match de rugby sabra la fréquentation matinale, les derniers drops expédiés, le public, ce cher public, arriva et les allées de la grande librairie s'animèrent. Pas facile de lui faire comprendre qu'à 12h30 nous fermions les portes pour que les invités se restaurent... mais en fait tout se passa bien et dès 14heures le public était déjà de retour devant les portes.

Entre-temps, à 10heures ce samedi, sous la houlette ou le marteau de Maître Gérard Lapagesse, s'était tenue une « carte noire » à Dashiell Hammett en présence de Natalie Beunat, co-traductrice de ses romans, et de Richard Layman, son biographe américain. Pendant près de trois heures, la trentaine de participants s'est trouvée scotchée à l'écoute des trois intervenants. La preuve du succès, le film prévu, vu le dépassement du timing, ne put être projeté. Aucun reproche ne nous fut fait.

A la même heure, débutait l'émission de Marylou Richet sur France Bleu La Rochelle en direct jusqu'à 12h30 depuis la grande librairie du festival avec comme invités : Griffo, Bernard Minier, Max Cabanes et Olivier Marchal.

Pendant que les films « A l'ombre d'un flic », « Longue Peine »..., se succédaient au rythme d'un toutes les deux heures (voir programmation complète) et que les acteurs, réalisateurs et producteurs les présentaient, les auteurs de romans et de BD signaient et dédicaçaient leurs ouvrages. Quelques « collectionneurs » du 9e art malintentionnés – ils se reconnaîtront – avaient décidé de ne pas respecter le règlement intérieur de la grande librairie, soit en important plus de trois albums, soit en « empruntant » des albums sans les régler. Prévenus de ces agissements en fin d'après-midi, nous avons pris la décision, la mort dans l'âme, qu'aucun album ne pourrait être désormais introduit et que seuls les achats effectués sur place pourraient être dédicacés.

19h30, Devant une salle comble, nous pouvions rendre hommage à Olivier Marchal et lui remettre un Polar d'Honneur. Certains des acteurs de son dernier film « Les Lyonnais », Patrick Catalifo, Tchéky Karyo, François Levantal, Francis Renaud étaient présents. La projection en Avant-première qui suivit fut la plus convoitée de notre histoire. Des spectateurs venus de Cognac, de Charente, du Poitou-Charentes et de toute la France (Nantes, Limoges, Paris, Toulouse, Tours, etc.) espéraient avoir une place. Nous avons dû refuser l'accès à plus de deux cents personnes. A 16h00 la salle de 300 places était complète, plus aucun billet gratuit n'était disponible. Près d'une vingtaine de personnes, qui n'avaient pas de sésame ont bien fait d'attendre, des places délivrées n'avaient pas été occupées. Comme quoi...!


Après une soirée « inoubliable » à l'hôtel de ville de Cognac et une nuit réparatrice, le festival rouvrait ses portes à 9h00 pour la dernière ligne droite du dimanche 16 octobre. Côté Roman et BD, les auteurs ne se précipitaient pas à leurs tables de signatures, prenaient un « p'tit noir » pour tenir la distance et côté Compétition Cinéma, en présence du jury et de cent cinquante spectateurs, « A bout portant » de Fred Cavayé dégainait le premier, suivi à 11h00 de « Switch » de Frédéric Schoendoerffer. Le film « La proie »d'Éric Valette avait été projeté le samedi en présence du réalisateur, de Laurent Turner, le scénariste, et de Stéphane Debac, l'un des acteurs.

10h00, Guy Penaud, commissaire de police honoraire et historien, tenait en haleine son auditoire comme à son habitude pour cette fois sa conférence sur « Pierre Bonny ».

A 12h00, après une rencontre entre les lecteurs des bibliothèques et des médiathèques et les cinq écrivains présents sur les six sélectionnés, le Prix de leurs lecteurs, parrainé par le festival, fut décerné à Michel Bussy pour son livre « Nymphéas noirs » paru aux Presses de la Cité.

14h30, Palmarès des Prix POLAR Cinéma et Télévision. Odile Vuillemin et Guillaume Cramoisan remontaient sur scène accompagnés par ma pomme et par les membres « Pros » du Jury, Tony Cossu, André Fortin (le président), Paul Lefèvre, Serge Reynaud, Bertrand Rosenthal, Laura Sadowski. Le palmarès est disponible dans nos colonnes. Signalons que le réalisateur Éric Valette est un récidiviste puisqu'il à reçu le Prix POLAR du Meilleur Film de Cinéma pour la deuxième année consécutive. On été primés également : « Inspecteur Gently » France 3, « Les beaux mecs » (France 2) et « La vie en miettes » (France 3).

Devant deux cent cinquante personnes, à 15h30, avait lieu la deuxième Avant-première de ce festival. Les acteurs de « De force » Simon Abkarian, Slimane Dazi, Cyril Lecomte, le réalisateur Franck Henry et le producteur Franck Chorot avaient fait le déplacement. Comme pour la précédente, les applaudissements fusèrent à la fin. Et longtemps, et debout.

Dernier volet de l'hommage à Olivier Marchal, même si l'homme avait pensé haut et fort samedi sur la scène du festival que les hommages ne concernaient, pour lui, que des vieux cinéastes ou que des réalisateurs morts. Son parcours atypique et son travail personnel et qualitatif dans le cinéma polar contemporain lui faisait mériter ce dit événement. C'est Francis Renaud, l'acteur et l'ami de longue date d'Olivier Marchal, qui présenta et parla de « 36 Quai des Orfèvres ». Dans ses mots, il y avait de l'émotion et du respect. Francis a tourné dans tous les films d'Olivier. Et dans ces films, qu'il soit du côté des bons ou des méchants, il a toujours trépassé. Je garderai perso, avec l'espoir que l'on se retrouve un de ces jours, son regard gris, son regard franc, son regard lointain parfois.

19h00, le festival se vidait des ses invités. Soit en voitures personnelles, soit par le train, soit par l'avion, ils sont partis vers d'autres aventures.
Après, Il n'est pas évident de clôturer un festival et pourtant nous l'avons fait avec un film majeur de télévision. Christophe Blanc a présenté son « Goldman » diffusé précédemment par Canal+. Samuel Benchetrit, qui interprétait le rôle de Pierre Goldman avait lui aussi fait le déplacement. A 22h00, à la fin du film, le public présent, cent trente personnes exactement, applaudissait. Cet excellent film méritait cette reconnaissance.

N'oublions pas les expositions qui ont connu, elles aussi, un joli succès même si pour l'une d'entre elles, nous nous sommes fait rouler dans la farine (parole de son instigatrice régionale). Cette mauvaise expérience nous servira pour le futur.

Notez déjà les dates de la 17e édition : 19, 20 et 21 octobre 2012. Le Festival POLAR de Cognac rendra hommage à Jean-Patrick MANCHETTE, côté Littérature, côté Bande Dessinée et côté Cinéma.

Crédit photographies : Jean-Daniel GUILLOU

Bernard Bec


20/10/2010

Festival POLAR de Cognac... Une 15e Édition « Nouvelle Formule » très réussie.

Cette quinzième édition, enrichie par deux nouvelles compétitions concernant le Cinéma et la Télévision, a connu un large succès malgré la grève. Déjà en 2007, nous avions dû remédier aux carences provoquées par ce moyen de revendication et de pression. Cette fois, nous étions donc rodés à cet exercice. Exercice fédérateur, si j'en crois les différents participants qui d'un train qui ne roulait pas se sont retrouvés soit à bord d'un autocar soit à bord de leur voiture personnelle. Seules 12 personnes, sur les 90 invitées, ont manqué à l'appel dans les quatre sections (Bande Dessinée, Cinéma, Roman & Télévision).

Ce festival a débuté dès 9h30, le vendredi 15 octobre 2010, par la projection d'un film de série internationale de télévision. Les spectateurs, dont les élèves de deux classes du collège Claude Boucher de Cognac ainsi que les membres du jury, ont regardé pour débuter un épisode de « Inspecteur Frost ». La compétition « Télévision » s'est poursuivie avec des films internationaux et français et cela jusqu'à 19h30, l'heure de l'ouverture officielle du festival. Il avait été projeté quatre films dont « En cas de malheur » de Jean-Daniel Verhaeghe (diffusion France 3) et « Monsieur Julien » de Patrick Volson en présence des acteurs Christian Rauth et Cécile Rébboah et de la productrice Charline De Lépine (diffusion France 3).

La cérémonie officielle de remise des Prix POLAR « Roman et BD » s'est tenue à 19h30 dans la foulée de l'ouverture officielle du Festival de Cognac devant deux cent cinquante personnes, réunissant le public, les autorités, les journalistes et les professionnels. Sur les cinq Prix décernés, seuls trois ont pu être remis à leurs récipiendaires, la grève dans les transports ayant bloqué les auteurs des deux albums de BD lauréats (Heurteau et Corbet pour « Fanch Karadec » sorti chez Vagabondages et Daeninckx et Mako pour « Dernière station avant l'autoroute » édité par Casterman) et la représentante d'Actes Sud, la maison d'édition de l'auteur japonais, Keigo Higashino, lauréat du Prix POLAR International pour « La maison où je suis mort autrefois ».
Ont été ainsi remis : le Prix POLAR à Sire Cédric pour « De fièvre et de sang » paru chez Le Pré aux Clercs, Le Prix POLAR Jeunesse à Françoise Jay pour « Les enfants rats » édité par Plon et le Prix POLAR de la Meilleure Bande Annonce de Livre à Viktor Rizman pour « 40 ans, 6 morts et quelques jours... » produit par Emotion Works (http://victor-rizman.com/).
Les quatre bandes annonces sélectionnées étaient projetées en boucle dans la caravane de la production du lauréat, caravane de 1948, entièrement équipée d'une salle actuelle de projection mais avec, normal, des fauteuils de ciné de l'époque. Chapeau !

Pour terminer cette première journée, a été projeté, à 20h30, le troisième film de la compétition pour le Prix POLAR du Meilleur Film Unitaire de Télévision, « Les Frileux » de Jacques Fansten avec Marushka Detmers dans le rôle principal (diffusion France 3). Comme tous les deux étaient présents à Cognac, ils ont pu présenter leur film devant les membres du jury et le public.

Belote. Le Festival a ouvert ses portes à nouveau à 9h30 le samedi 16 octobre 2010. Sauf que ce jour voyait l'ouverture de la Grande Librairie avec ses 50 romanciers, scénaristes et dessinateurs de BD. Ils étaient fins prêts pour des rencontres avec le public et pour de nombreuses signatures et dédicaces. Si celui-ci s'est fait un peu attendre jusqu'à midi pour cause de manif et de blocage de la ville, il vint ensuite en nombre lorsque les rues furent libérées et accessibles.


Les projections avaient également reprises à 9h30 sur le dernier film en compétition pour le Prix POLAR du Meilleur Film de Télévision, « Obsession(s) » de Frédéric Tellier (diffusion France 2). Parmi les invités prévus, seul François Charlent, le producteur avait pu rejoindre la cité des eaux de vie. Le réalisateur et l'actrice Émilie Dequenne avait dû jeter l'éponge, faute de train.
Pour la suite, les invités de la première série en compétition avaient réussis à se déplacer en Charente. « Profilage », diffusée sur TF1, était représentée par Odile Vuillemin (Chloé), Vanessa Valence (Fred) et Raphaël Ferret (Hippolyte).

Entre temps, dans une autre salle, Robert Hossein, l'invité d'honneur du festival, racontait son amitié fidèle et indéfectible de cinquante ans envers Frédéric Dard à qui nous rendions hommage cette année. Tour à tour, léger, canaille, émouvant et profond, il a dépeint une amitié entre deux hommes, de l'après guerre à l'an 2000, à travers leur désir commun de travailler ensemble. De ses premiers pas en tant qu'acteur dans « La neige était sale » de Simenon et adapté par Dard à l'enlèvement de Joséphine, la fille de son ami. De ses premières mises en scène théâtrales de « Les salauds vont en enfer » de Frédéric Dard à leur réalisations cinématographiques communes. Et sans oublier la « béquille » qu'il était pour Frédéric Dard lorsque ce dernier était « bancale » de l'intérieur. Quel conteur !


Le public pouvait également découvrir des dessins originaux de couvertures de livres signés Marc Demoulin et Alain Siauve, des originaux de France Soir dans lesquels se trouvaient une adaptation de San Antonio signée Robert Mallat et dessinée par Henry Blanc (3588 strips de septembre 1963 à mars 1975), de nombreux livres et une collection d'affiches et de publicités sur San-Antonio (coll. P. Mercier).

L'après-midi, trois films en compétition pour le Prix POLAR de la Meilleure série Française étaient présentés et projetés :
« Le fantôme de la rue Royale » de la série Nicolas Le Floch (diffusion France 2). Seul Hugues Pagan avait réussi à rejoindre Cognac. Les comédiens attendus venant de Paris n'avaient pu trouver un train en partance pour la Charente.
« Engrenages », diffusé par Canal +, dont trois des acteurs principaux étaient présents : Audrey Fleurot, Caroline Proust et Thierry Godard.
« Sur le fil » (diffusion France 2) était représenté par Catherine Touzet, Martin Garonne de la production et par l'actrice Nozha Khouadra. À la stupéfaction des spectateurs, il fut annoncé que la série allait s'arrêter. Pas assez lisse pour la nouvelle direction de France Télévision.

À 15h00, s'est tenu un débat dont le thème était  : « L'intime conviction, Ennemie de la Vérité ? ». Après la projection d'un film sur l'affaire René Saläun et Pierre Pallatin, le public présent a pu échanger avec le réalisateur Xavier-Marie Bonnot, Serge Reynaud de la Police Nationale, Éric Yung, journaliste à Radio France et moi-même. Ces deux hommes, lourdement condamnés pour un braquage de banque qui a mal tourné, crient leur innocence. À lire les dossiers, il semblerait que l'enquête et l'instruction n'aient été menées qu'à charge et qu'à ce jour, 15 ans après, il leur soit toujours refusé une étude d'ADN comparative entre le sang retrouvé sur le lieu du hold-up et le leur. Condamnés, pour le premier à perpétuité et pour le second à 20 ans, ils ont déjà effectué 9 ans de détention.



La 2e journée du Festival de Cognac s'est achevée à partir de 19h30 avec l'hommage à Robert Hossein, l'Invité d'Honneur. En quelques minutes il a survolé sa carrière et a évoqué son ultime projet de 2011 sur Lourdes et Marie qui est apparue à Bernadette Soubirous en 1858. Il lui a été remis un Prix POLAR d'Honneur pour l'ensemble de sa carrière, une carafe de cognac Otard 1795 et une affiche originale de son film de 1959 « Les Scélérats » adapté d'un roman de Frédéric Dard, film projeté ensuite et en sa présence.

Rebelote. Ce dimanche 17 octobre 2010, la troisième et la dernière journée du Festival a débuté comme les précédentes à 9h30. La grande Librairie accueillait les amateurs des romans et des bandes dessinées policiers. Les primés présents avaient la cote mais les autres ne s'en sortaient pas mal du tout. Le bouquiniste était satisfait, la libraire aussi.
Côté Cinéma, la projection des deux derniers films débutait à 9h30 précises. « Une affaire d'état » de Éric Valette avec André Dussolier, Rachida Brakni et Thierry Frémont a essuyé les plâtres vis à vis de l'horaire et de plus aucune des personnes attendues n'avait réussi à venir à Cognac.
Le film suivant, projeté à 11h30, « Blanc comme neige » était présenté par son réalisateur « Christophe Blanc » et sa scénariste « Beryl Peillard ». Ni François Cluzet, ni Louise Bourgoin, ni Olivier Gourmet, les acteurs principaux, n'étaient libres, tous retenus sur des tournages.

Le jury « Cinéma et Télévision, composé de personnes issues du public et de « Pros », s'est réuni ensuite à 13 heures autour d'un déjeuner servi au restaurant « L'héritage » à Cognac.

Avant, à 10h00 dans une salle voisine, Paul Mercier avait mené sa conférence sur « L'influence de Georges Simenon et de Marcel Grancher sur Frédéric Dard ». Une trentaine de personnes étaient à son écoute, on pouvait reconnaître quelques uns des romanciers présents pour le festival.
Son fascicule « Lorsque Dard se frottait à Simenon », dont l'illustration de la couverture est signée Alain Paillou, s'arrachait comme des petits pains au stand du Conseil général de la Charente, le partenaire de cette édition littéraire gratuite.

Et à 10h30 avait débuté la rencontre entre les lecteurs des bibliothèques et des médiathèques et les auteures sélectionnées pour le Prix 2010. Une vingtaine de personnes avaient fait le déplacement sur les cinquante lecteurs et lectrices pour échanger avec les trois romancières présentes sur les cinq en lice : Karine Giébel, Jacqueline Rémy et Élisa Vix.
Deux heures plus tard, en leur présence, était annoncé le nom de la lauréate du Prix des Lecteurs des Bibliothèques et des Médiathèques, à savoir Karine Giébel pour son livre « Jusqu'à ce que la mort nous unisse » paru au Fleuve Noir. Bravo !

14h30. Il était temps, ce dimanche, de décerner les Prix POLAR « Cinéma et Télévision » devant deux cent cinquante personnes, public spectateur et professionnels, acteurs, actrices, producteurs, productrices, réalisateurs, scénaristes.
Le Prix POLAR de la Meilleure Série Internationale 2010 est revenu à « Inspecteur Frost » diffusé par France 3. La responsable attendue des programmes de prime time n'avait pu rejoindre Cognac en raison de la grève.
Le Prix POLAR de la Meilleure Série Française a été décerné à « Engrenages » produite par Son & Lumière et diffusée par Canal +. Des actrices et un acteur étaient présents. Ouf ! Audrey Fleurot, Thierry Godard et Caroline Proust montaient sur scène et recevaient le trophée sous les applaudissements du public et des autres concurrents. Si si, j'y étais !


Le Prix POLAR du Meilleur Film Unitaire de Télévision revenait à « Obsession(s) » de Frédéric Tellier, produit par Little Big et diffusé par France 2. Le réalisateur retenu sur un tournage s'était excusé, Émilie Dequenne était victime de la grève, seul François Charlent, un des producteurs était présent. C'est avec une certaine émotion et fierté qu'il serrait dans ses mains le trophée 2010. Qu'il sache que, personnellement, je me souviendrai longtemps de ses paroles chaleureuses en direction de toute l'équipe du festival de Cognac, une équipe animée par la passion du genre qu'elle promeut depuis bien avant qu'il soit revenu à la mode et par le désir de bien recevoir ses invités et son public.

Le Prix POLAR du Film de Cinéma était décerné à « Une affaire d'état » de Éric Valette, produit par Les Chauves-Souris. Attendus, Rachida Brakni, Thierry Frémont et Thierry Nevé de la production avaient dû eux aussi jeter l'éponge pour cause de grève.

Et dix de der ! Il était déjà 15h30, l'heure à laquelle allait être projeté, en Avant-première, « La larme de Varsovie », un film de la série « Nicolas Le Floch » produite par la Cie des Phares et Balises. Seul Hugues Pagan, l'adaptateur, scénariste et dialoguiste de la série, avait réussi à rejoindre le festival. Jean-François Garreaud, Mathias Mlekuz, Jérôme Robart (Nicolas Le Floch) et François Winterhalter étaient, eux aussi, restés sur les quais désespérément vides de trains.

Côté Grande Librairie, les auteurs et les romanciers continuaient d'échanger avec le public et leur signaient ou leur dédicaçaient leurs livres ou leurs albums jusqu'à la fermeture, 19heures.
Idem côté Expositions au Couvent des Récollets où se trouvaient, pour la « Lumière » des peintures de Violette Grosperrin réunies sous le titre « Itinéraire intérieur », et pour « L'ombre », des photographies de Jean-Daniel Guillou faites en Haïti, trois semaines après le séisme, et réunies sous le titre « Je regarde le ciel » et dans le passage de La Salamandre, où étaient exposés six panneaux de « Graffs » signés de la Dog Association.


 

L'exposition, consacrée à des affiches dessinées par le regretté Tibet, avait comme thème principal son héros « Ric Hochet ». Proposée par le collectionneur Jean-Claude Slagmulder, elle avait été mise en place du lundi 11 au samedi 16 octobre 2010 au Centre Leclerc de Cognac.

Malgré les problèmes dus à cette grève reconductible à la SNCF, la 15e édition du Festival de Cognac avait tenu ses engagements. Le public était venu nombreux et les invités repartaient les uns après les autres, soit en voiture personnelle, soit en autocar et soit, pour certains qui avaient décidé de braver la société nationale des chemins de fer français, par des trains rares et bondés.

Rendez-vous en 2011 pour une 16e édition, du vendredi 14 au dimanche 16 octobre. Qu'on se le dise !

Crédits Photos : Gérard Manuel, Jean-Pierre Coffin et Pierre Rousseau.


Prix POLAR Cinéma et Télévision... Le Palmarès COGNAC 2010

Prix POLAR de la Meilleure Série Internationale de Télévision
« Inspecteur Frost » Épisode : Course contre la mort / Saison 13 - Diffusion France 3
Réalisé par Roger Bamford, avec David Jason, John Lyons, Darren Elliott Holmes

Prix POLAR de la Meilleure Série Française de Télévision
« Engrenages » Épisode : 1 / Saison 3 - Son et Lumière / Diffusion Canal +
Réalisé par Manuel Boursinhac, avec Caroline Proust, Audrey Fleurot, Philippe Duclos, Grégory Fitoussi, Thierry Godard, Fred Bianconi, Daniel Duval, Bruno Debrandt...

Prix POLAR du Meilleur Film Unitaire de Télévision
« Obsession(s) » – Little Big / Diffusion France 2
Réalisé par Frédéric Tellier, avec Emilie Dequenne, Samuel Le Bihan, Olivier Sitruk, Lionel Astier, Denis Lavant...

Prix POLAR du Meilleur Film Français de Cinéma
« Une affaire d'état » - Productions Les Chauves Souris
Réalisé par Éric Valette,  avec André Dussollier, Rachida Brakni, Thierry Frémont...


Le Prix des Lecteurs de Bibliothèques et de Médiathèques...

Après avoir pu échanger ce samedi 16 octobre pendant près de deux heures avec trois des auteures présentes sur le Festival POLAR de Cognac, Karine Giébel, Jacqueline Rémy et Elisa Vix, les lecteurs des médiathèques de Châteaubernard et Cherves Richemont et des bibliothèques de Cognac, Louzac St André et St Brice, ont décerné le Prix à « Jusqu'à ce que la mort nous unisse » de Karine GIEBEL, livre paru au Fleuve Noir.


Prix POLAR Roman et Bande Dessinée... Le Palmarès 2010

Prix POLAR / Roman
« De fièvre et de sang » - SIRE CEDRIC – Éditions Le pré aux clercs

Prix POLAR International / Roman
« La maison où je suis mort autrefois »  -  Keigo HIGASHINO  / Éditions Actes Sud 

Prix POLAR Jeunesse / Roman
« Les enfants rats » - Françoise JAY / Éditions Plon

Prix POLAR de la Meilleure Série / BD
« Fanch Karadec T1» - CORBET – HEURTEAU / Éditions Vagabondages

Prix POLAR du Meilleur One Shot / BD
« Dernière station avant l'autoroute » / MAKO – DAENINCKX – PAGAN / Ed. Casterman

Prix POLAR de la Meilleur Bande Annonce de Livre
« 40 ans, 6 morts et quelques jours... » - Victor RIZMAN / Emotion works